Le Parlement bruxellois demandera-t-il bientôt le retrait de la loi sur les visites domiciliaires ?

Le PTB a introduit une proposition de résolution au parlement Bruxellois afin que la Région demande le retrait du projet de loi sur les « visites domiciliaires ».

« Nous avons voulu travailler avec un texte qui a fait consensus dans le passé. Notre résolution est donc identique à celles qui ont été votées par les principaux partis dans de nombreuses communes, à Liège et à Schaerbeek. C'est pourquoi nous appelons tous les partis à de la cohérence : nous appelons notamment PS, CDH, Ecolo et Défi à soutenir notre résolution qui est identique à celle qu'ils ont voté au Conseil communal de Schaerbeek. » explique Michael Verbauwhede, chef de groupe PTB au parlement bruxellois.

Entre-temps, la majorité semble vouloir se rallier à une autre résolution, « édulcorée ». Une résolution qui notamment ne demande pas le retrait du projet de loi controversé (contrairement à la résolution votée à Liège et Schaerbeek), mais ne s'oppose au vote du projet de loi que « dans son contenu actuel ».

Le chef de groupe PTB au parlement bruxellois rappelle : « Pour le PTB, il ne s'agit pas d'adoucir le projet de loi sur les visites domiciliaires, mais au contraire de le refuser dans son entièreté. Dimanche 25 février, 10.000 manifestants et citoyens solidaires se déplaçaient dans une météo glaciale pour s'opposer clairement à la loi sur les visites domiciliaires. Ils ne demandaient pas son adoucissement mais son retrait pur et simple. L'appel des 10.000 manifestants, et des dizaines de milliers de citoyens solidaires doit être entendu ». 

Pour conclure, si le PTB salue toute initiative pour critiquer ce projet de loi qui s’attaque à la solidarité, le parti de gauche souhaite également que les actes joignent la parole. « Il ne s'agit pas de s'opposer en paroles à ce projet de loi liberticide d'un côté, et de l'autre appliquer des mesures policières qui s'attaquent à la solidarité ou aux réfugiés. Je fais ici référence à l'opération policière à Globe Aroma où la responsabilité de la police communale de Bruxelles-Ville a été clairement mise en évidence. Pour rappel, suite à cette opération, un militant syndical et un artiste sont détenus depuis 20 jours en centre fermé, nous continuons à demander leur libération immédiate ».

 

*La proposition du PTB sera débattue en commission lundi 5 mars.