Le PTB veut interdire les indemnités de départ pour les députés-bourgmestres

Au Parlement bruxellois plusieurs députés cumulent la fonction de député et la fonction de bourgmestre (ou échevin). À la fin de leur mandat parlementaire, ils pourront toucher une indemnité de départ allant jusqu'à plusieurs centaines de milliers d'euros. Le PTB introduit une proposition pour interdire l'indemnité de départ pour les députés-bourgmestres ou députés-échevins.

Michaël Verbauwhede, député bruxellois du PTB: "Pour certains députés-bourgmestres, siégeant depuis plusieurs mandats, cette indemnité peut dépasser 400.000 euros brut. C'est indécent si on compare cela avec les indemnités de départ des travailleurs bruxellois. Ces montants représentent plusieurs années de salaire pour le Bruxellois lambda. Et rappelons qu'une indemnité de départ sert à protéger contre une perte de salaire. Alors que ces députés-bourgmestres continueront à toucher un salaire de bourgmestre après la fin de leur mandat parlementaire."

Le parti de gauche introduira une proposition au Parlement bruxellois afin d'interdire des indemnités de départ pour les parlementaires qui deviendront ou sont bourgmestre ou échevin.

Michaël Verbauwhede: "Au Parlement bruxellois, plusieurs députés-bourgmestre ou députés-echevins auront droit à des indemnités de départ importantes; Catherine Moureaux et Ahmet Gjanaj du PS, Pierre Kompany du CDH, Vincent De Wolf du MR etc. Ensemble, leurs indemnités représentent beaucoup d'argent. Notre système d'allocation de départ des députés est donc le plus coûteux d'Europe. N'oublions pas que cela est de l'argent public, payé par les contribuables. Notre proposition entend mettre fin aux indemnités de départ extrêmement élevées des députés siégeant comme bourgmestre ou échevin."


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?