Taxe kilométrique : retour sur une saga antisociale

Cela fait maintenant quelques années que le projet de taxe kilométrique (également appelée "péage urbain" ou "smartmove") fait régulièrement surface à Bruxelles.

Explications sur les dessous de cette saga antisociale.

Comment transformer des applaudissements en 57M€

Les membres du personnel du secteur non-marchand et des maisons de repos dénoncent depuis des années leurs conditions de travail et le manque de financement. La crise du covid a souligné brutalement à quel point leurs revendications étaient justifiées. Les travailleuses et les travailleurs du non-marchand bruxellois ont pourtant dû se mobiliser plus d’un an face au gouvernement bruxellois pour enfin obtenir le refinancement qu’ils demandaient. Retour sur une année de mobilisations victorieuses.

Pass sanitaire à la française pour aller au café : pour le PTB c’est non

Face au retard de la campagne de vaccination à Bruxelles, le gouvernement Vervoort va imposer un pass sanitaire dans les lieux de la vie quotidienne, comme les cafés ou les restaurants. Pour le PTB, c’est toujours la même stratégie du gouvernement bruxellois : ne pas mettre les moyens suffisants pour que la vaccination avance et reporter la faute sur la population.

133 élèves bruxellois toujours sans école : le PTB pointe la responsabilité du gouvernement régional

En réponse aux questions des parlementaires ce jeudi, la ministre Désir a annoncé qu’il restait 133 élèves bruxellois sans école, sur 167 en communauté française. Pour le député PTB Jean-Pierre Kerckhofs : “Cette situation, spécifique à Bruxelles, est inacceptable. La Région doit prendre ses responsabilités et arrêter de renvoyer la balle aux autres”. Pour résoudre le problème, le parti de gauche demande un plan public de création d’école.

Le PTB s’oppose à l'augmentation du prix de l’eau pour 3 Bruxellois sur 4

Les partis à la tête de Vivaqua demandent d’augmenter les prix de l’eau pour 3 ménages sur 4 : une augmentation de 12,5% à 15% en 2022 pour atteindre 20% en 2026. La hausse est justifiée par les investissements nécessaires au réseau d'égouttage. En plus de l'indexation. Pour le PTB, “ce n’est pas aux travailleurs de payer pour les investissements nécessaires pour la rénovation des égouts”.

Solidarité avec les sans-papiers et les gréviste : marche de soutien ce dimanche

Depuis janvier, des travailleurs et travailleuses sans-papiers ont décidé d'occuper l'église du Béguinage, puis un site de l'ULB et de la VUB. Père Daniel, le curé de l'église, ainsi que les corps académique et étudiant des universités soutiennent leurs demandes. Ces personnes ont besoin d'une solution pour sortir de l'exploitation et de la clandestinité dans lesquelles la loi actuelle les condamne. Après avoir épuisé tous les recours, elles ont décidé d'entamer une grève de la faim. Le PTB appelle le gouvernement à ouvrir un dialogue pour trouver une solution urgente vu cette crise humanitaire. Le PTB défend également un changement structurel dans la loi actuelle. Cette dernière est appliquée de manière arbitraire et ne tient pas compte des situations d'ancrage et de travail de ces personnes et des ces familles. Nous proposons des critères clairs qui tiennent compte de la situation réelle des sans-papiers, ainsi qu'une commission indépendante du gouvernement pour évaluer les demandes.

Pas d’appel du jugement STIB : le PTB est satisfait pour la plaignante

Après plus de 6 semaines de chaos, le gouvernement a enfin tranché : la STIB n’ira pas en appel du jugement qui l’avait condamnée pour discrimination à l’embauche à l’encontre d’une travailleuse portant le voile. Le PTB est satisfait pour la plaignante, mais est déçu que le gouvernement demande à la STIB de modifier son règlement de travail pour continuer à discriminer dans certaines fonctions.

Le Parlement bruxellois rejette les demandes du PTB de prendre des sanctions contre l’Etat d’Israël

Le PTB avait déposé une résolution au Parlement bruxellois pour demander aux différents niveaux de pouvoirs que des sanctions soient prises contre l’Etat d’Israël, tant que celui-ci ne respectera pas le droit international. Les partis PS/Vooruit et Ecolo/Groen ont réagi en introduisant leur propre résolution. Les amendements du PTB qui demandaient notamment au gouvernement bruxellois et au gouvernement fédéral de prendre des sanctions claires ont été rejetés. Pour Youssef Handichi, député PTB en charge du dossier, “Les partis comme PS et Ecolo ne s’engagent pas à prendre des sanctions là où ils sont au pouvoir, leurs demandes sont purement symboliques et donc inefficaces. Ce serait pourtant le seul moyen efficace et pacifique d’agir. Car si Israël viole toutes les lignes rouges du droit international depuis des décennies, c’est parce qu’il peut compter sur le soutien de ses alliés occidentaux.”

Molenbeek demande finalement des sanctions contre Israël sous la pression du PTB

Le PTB a déposé des motions dans les conseils communaux de la Région bruxelloise. Les motions du parti de gauche, à la différence de celles déposées par le PS et Ecolo, demandent des mesures concrètes comme des sanctions commerciales immédiates contre Israël. A Molenbeek ce mercredi soir, contrairement à Forest la veille, la pression a fait bouger les lignes : une majorité d’élus ont fini par accepter de voter pour des sanctions au niveau fédéral. Pour Dirk De Block, président de la régionale PTB et chef de groupe au conseil communal de Molenbeek, “les sanctions et le boycott sont un moyen efficace et pacifique pour arrêter la colonisation en Palestine. Au niveau régional, nous devons annoncer publiquement la fin des missions économiques et la fermeture du bureau commercial bruxellois à Tel Aviv. Au niveau communal, nous devons exclure des marchés publics les entreprises qui entretiendraient des liens avec l’occupation, comme Barcelone l’a fait”.

Le PTB en cuistax devant le cabinet d’Elke Van den Brandt pour réclamer le retrait de la taxe kilométrique

Ce dimanche 16 mai, le PTB a organisé une manifestation en cuistax contre la taxe kilométrique. Un cortège d’une trentaine de cuistax est passé devant le siège du PS et devant le cabinet de la ministre de la mobilité, Elke Van den Brandt, pour réclamer l’abandon de la taxe kilométrique. Le gouvernement avait promis que la taxe ne coûterait pas plus cher aux bruxellois vu la disparition de la taxe de circulation. Mais le rapport des experts interfédéraux montre que la nouvelle taxe coûtera environ 50 millions en plus aux ménages bruxellois. Ce que dénonce le PTB.