Anderlecht : le PTB pointe le manque de possibilités offertes aux citoyens pour traiter leurs déchets

Le PTB a pris connaissance du plan d’action lancé par la commune d’Anderlecht pour lutter contre les incivilités. Le Parti du Travail de Belgique soutient la nécessité de sensibiliser les citoyens sur le respect des règles concernant la propreté, mais souhaite centrer également le débat sur les failles importantes dans la gestion de la commune. « Les autorités communales se focalisent sur les incivilités comme seul problème fondamental qui empêche d’avoir des rues propres. L’enjeu est donc de responsabiliser essentiellement les citoyens, en donnant l’impression que la commune fait déjà ce qu’elle peut en matière d’offre et de service pour les citoyens, ce qui est loin d’être le cas », explique Giovanni Bordonaro, conseiller communal PTB.

Les poubelles oranges de la commune laissées à l'abandon

« Il est utile de rappeler que la commune ne parvient toujours pas à gérer leur collecte de sacs oranges qui traînent presque quotidiennement dans les rues, des journées et des week-end entiers. Le fait de laisser leurs poubelles à même le sol aussi longtemps, incitent dès lors certaines personnes à déposer leur déchets à côté. On fait alors face à une situation très paradoxale : la commune se dit lutter contre les dépôts sauvages, mais en est quelque part l’incitante. Elle n’est donc pas crédible en tant qu’autorité communale qui est sensée montrer l’exemple », s’indique Giovanni Bordonaro.

L’embauche de travailleurs de terrain ne semble pas plus être une priorité selon le PTB : « engager des étudiants c’est bien, mais après les vacances, les besoins ne diminuent pas, au contraire. La commune doit ouvrir les yeux et se rendre compte que si le service ne suit pas, c’est du aussi à un manque de personnel. Concernant l’équipe du week-end, c’est encore flou sur le le nombre de nouvelle embauche réelle que cela procure ou s’il s’agit essentiellement de transfert en interne ».

Autre lacune importante soulevée par le PTB en matière de propreté : la quasi absence d’infrastructures publiques qui permettent de faciliter la gestion des déchets pour les citoyens. « Si autant de personnes jettent leurs déchets sur la voirie publique, c’est que quelque part il y a aussi un besoin qui n’est pas pris en compte. Où est ce que les citoyens peuvent déposer leurs encombrants ou autres déchets en dehors des heures de collectes ? La commune doit très rapidement mettre en place des coins propreté, dans lesquels les habitants peuvent y déposer toutes sortes d’objets, proches de chez eux, et ce légalement. Nous demandons également la mise en place de bulle à huile, à frigolite, toutes sortes de produits où il n’est actuellement pas possible de s’en débarrasser autrement que de se rendre à la déchetterie régionale, ce qui est loin d’être pratique, surtout quand on n’a pas de voiture. Cette non volonté d’augmenter les offres se traduit pas le peu d’investissement prévu dans le plan triennal voté par la majorité», dénonce le conseiller communal.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?