Avec la reprise scolaire, le PTB exige plus de désinfections des véhicules et plus de sécurité pour les chauffeurs.

Suite au mouvement de retrait des chauffeurs, la direction s’est engagée samedi à étudier les adaptations de sécurité demandées par les chauffeurs. “Il y a urgence, à partir de lundi, les écoles reprennent”, s’inquiète Youssef Handichi, député bruxellois du PTB. “Mardi, j'interpelle Ministre Elke Van den Brandt en commission. Le gouvernement Bruxellois doit doter la STIB des moyens pour pouvoir augmenter le nombre de désinfections des bus, trams et métros et pouvoir renforcer la sécurité des chauffeurs.”

Depuis 7 jours, des chauffeurs des trams et bus de la STIB font appel à leur droit de retrait. “Que des chauffeurs tiennent 7 jours de lutte, sans salaire, ça veut dire que l'inquiétude est très grande”, souligne Youssef Handichi, ancien chauffeur de bus et député PTB. “La direction s’est engagée samedi à étudier les adaptations demandées par les chauffeurs. Ce qu’ils demandent n’est pas irréaliste. Ils veulent que leur cabine soit fermée hermétiquement par un plexiglass. Et ils demandent la désinfection des véhicules au dépôt ou au terminus et non pas vite vite entre deux trajets. Car actuellement il y a des bus qui circulent de 4h du matin à minuit sans aucune désinfection.”

Selon le parti de gauche, la reprise scolaire rend urgent une solution.

“À partir de lundi, des écoles reprennent. Nous verrons une augmentation du nombre de voyageurs dans les bus, trams et métros de la STIB. Des experts comme Herman Goossens estiment que les transports en commun sont un lieu de contamination. Si nous voulons éviter une deuxième vague, le gouvernement doit libérer des moyens permettant de réaliser les mesures sanitaires demandées par les chauffeurs.” Le député veut éviter une situation comme celle de New-York, où les métros bondés ont été un des vecteurs de la contamination. “Il faut garantir que chaque véhicule soit désinfecté plusieurs fois par jour. Faire rouler un bus 20h sans désinfection est irresponsable. Ce n’est pas un ‘coût’ comme j’entend dire certains. C’est un investissement pour éviter une deuxième vague.”

L’ancien chauffeur de bus dit comprendre la demande de ses collègues: “Cette semaine on a vu des métros, des trams et des bus bondés. Des voyageurs ont peur et certains ne prennent plus les transports en commun à cause de cela. Imaginez alors les chauffeurs qui doivent passer 8h d’affilées dans cet espace partagé avec des milliers de voyageurs? On sous-estime le nombre de chauffeurs devenus malades déjà, car on n’a pas testé tous les malades. Veut-on vraiment arriver à la situation du RATP qui a dû enterrer son 5ème chauffeur la semaine passée? Je crois que c’est un minimum d’accepter la demande des chauffeurs de fermer hermétiquement leurs cabines, pour mieux les protéger. C’est un minimum d’accepter que les chauffeurs aient suffisamment de temps pour désinfecter leur cabine avant de prendre le volant. Si le produit de désinfection exige 5 minutes pour être efficace, il est juste inacceptable de n’accorder que 2 minutes aux chauffeurs pour désinfecter et reprendre le volant.”


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?