Baisser les loyers à Bruxelles n'a jamais été aussi urgent

A Bruxelles-Ville, les loyers ont augmenté de 30 % sur la période 2006-2017. Dans d'autres communes populaires, les loyers ont encore plus fortement augmenté : + 48% à Schaerbeek et +61,1 % à Molenbeek entre 2006 et 2017. C'est ce qui ressort de l'étude du PTB sur l'évolution des loyers. « Les partis au pouvoir dans la région nous font des promesses chaque année, mais le résultat de leur politique est sans appel : partout les loyers augmentent. Le PTB est le seul parti à proposer que les loyers baissent via un encadrement contraignant » affirme Mathilde El Bakri, tête de liste PTB*PVDA à la Ville de Bruxelles.

 

Lors de chaque élection, les partis traditionnels évoquent leurs priorités. A Bruxelles, les partis promettent souvent monts et merveilles en matière de logement. Logique vu la crise du logement que connait la population. Pour analyser non pas les promesses mais les réalisations concrètes de ces partis qui se partagent le pouvoir dans les communes et à la Région, le Parti du Travail de Belgique (PTB) s’est penché sur les loyers moyens ainsi que sur l’évolution des loyers des logements à 1 chambre et 2 chambres des 19 communes bruxelloises (voir ci-dessous).

Pris globalement, les loyers ont augmenté en moyenne de 30 % depuis 2006 et de 8% sur la dernière législature (2012-2017). Mais cela cache des disparités très fortes.  Dans les communes populaires, les loyers ont encore plus fortement augmenté : + 48% à Schaerbeek et +61,1 % à Molenbeek entre 2006 et 2017. SI l’augmentation a été particulièrement forte sur la période 2006-2012, les années 2012-2017 restent marquées par des fortes augmentations de loyers.

A euros constants (donc en tenant compte de l’inflation), l’augmentation de loyers à Bruxelles-Ville reste important : 3,5% et de 10% à Molenbeek. Les habitants doivent rogner sur d’autres dépenses car la part du logement dans leur budget augmente chaque année.

Sur la dernière législature, le loyer moyen des logements à 1 chambre a lui encore plus fortement augmenté : + 12,6% sur toute la Région. L’évolution de ce chiffre est particulièrement important en ce qui concerne l’accès au logement pour les jeunes. En effet, ce type de logement constitue bien souvent le premier logement pour cette catégorie de la population. Idem pour les logements à 2 chambres : + 9%.  Ici ce sont les jeunes familles avec 1 ou 2 enfants qui sont particulièrement visés.

« C’est un comble », dénonce Mathilde El Bakri, tête de liste PTB*PVDA à Bruxelles-Ville et députée PTB : « Les communes avec les revenus moyens par habitant les plus faibles voient leurs loyers s’envoler. Cette situation est le fruit d’une logique du ‘presque tout au marché’ mise en place par les différentes autorités communales et régionales bruxelloises. Les autorités communales et régionales laissent faire la loi du marché : c’est donc la loi des promoteurs immobiliers qui s’imposent. Pour le dire en un mot : les loyers s’envolent, ce qui chasse les habitants les plus pauvres des quartiers populaires. On chasse les pauvres plutôt que de chasses la pauvreté.»

« L’exemple de Tour & Taxis est éclairant : plutôt que de construire du logement social et public, la Ville de Bruxelles en collaboration avec le promoteur Extensa, préfère y attirer des nouveaux habitants avec des revenus plus élevés. Conséquences : cela ne répond pas aux besoins de la population, et cela fait augmenter le coûts des loyers pour tous les habitants », continue Mathilde El Bakri.

La politique des partis traditionnels pour garantir le droit au logement est un échec. « cela fait des décennies qu’ils sont au pouvoir, mais le droit au logement n’est toujours pas garanti. Pourtant une autre politique du logement est possible. Certaines villes comme Amsterdam ou Vienne comptent plus de 50 % de logements publics. Surtout, l’encadrement des loyers est une politique qui a montré toute sa pertinence dans les villes où il était appliqué. Concrètement, le PTB veut faire baisser les loyers avec une grille contraignante : avec des critères objectifs (taille, isolation,…) on fixera un plafond de loyer qu’on ne pourra pas dépasser. Notre proposition dans ce sens a été rejetée par tous les partis au parlement bruxellois », explique la tête de liste à la Ville de Bruxelles. Faut-il pour autant attendre un prochain gouvernement ? « Non », répond Mathilde El Bakri. « Au niveau communal, il est possible d’agir. Par exemple, la régie foncière de Bruxelles-Ville, plus grand propriétaire public de logements, peut montrer l’exemple. Comme on le voit, les loyers de la Régie ne sont pas fondamentalement différents des prix du marché. Nous proposons que la Régie montre l’exemple et baisse ses loyers en appliquant la grille des loyers. C’est un exemple qui pourra avoir un effet sur tout le marché locatif », conclut Mathilde El Bakri.

Soutenez la proposition du PTB pour demander une grille contraignante des loyers pour plafonner les prix en Région bruxelloise ici : http://baissonslesloyers.be

 

Evolution des loyers à Bruxelles – Une analyse commune par commue

Chaque année, l’observatoire bruxellois des loyers publie ses chiffres concernant l’état des loyers dans les communes bruxelloises. De nombreux commentaires sont à faire sur ces chiffres. Dans ce document, nous poursuivons l’étude commune par commune, en y ajoutant ceux de la régie foncière de Bruxelles lorsque ceux-ci nous ont été transmis.

Nous avons travaillé sur la période de 2012 à 2017 puisqu’elle correspond à la législature communale qui vient de s’écouler.

De plus, nous avons observé l’évolution des loyers pour les logements ayant une seule chambre. Ce type de logement est bien souvent le logement privilégié des jeunes qui cherchent un premier toit.

Ensuite, nous avons également observé l’évolution des loyers des logements ayants deux chambres. Ici ce sont aux familles avec enfants à qui nous nous intéressons.

A chaque fois, nous mettons en perspective ces chiffres avec les loyers proposés par la régie foncière dans son offre.

 

Evolution du loyer moyen 2012-2017.

 

Territoire

2006

2012

2017

% 2006-2017

% 2012-2017

Uccle

594,00 €

877.00 €

823.00 €

38,55%

-6.16%

Ixelles

545,00 €

730.00 €

689.00 €

26,42%

-5.62%

Auderghem

580,00 €

780.00 €

772.00 €

33,10%

-1.03%

Watermael-Boitsfort

563,00 €

723.00 €

717.00 €

27,35%

-0.83%

Berchem-Sainte-Agathe

488,00 €

654.00 €

674.00 €

38,11%

3.06%

Etterbeek

518,00 €

689.00 €

723.00 €

39,58%

4.93%

Jette

460,00 €

605.00 €

654.00 €

42,17%

8.10%

+ Koekelberg

483,00 €

582.00 €

653.00 €

35,20%

12.20%

+ Bruxelles

519,00 €

604.00 €

678.00 €

30,64%

12.25%

+ Saint-Josse-ten-Noode

452,00 €

535.00 €

601.00 €

32,96%

12.34%

Woluwe-Saint-Lambert

584,00 €

706.00 €

796.00 €

36,30%

12.75%

+ Schaerbeek

448,00 €

587.00 €

664.00 €

48,21%

13.12%

Ganshoren

536,00 €

653.00 €

739.00 €

37,87%

13.17%

+ Saint-Gilles

466,00 €

572.00 €

649.00 €

39,27%

13.46%

+ Evere

544,00 €

637.00 €

725.00 €

33,27%

13.81%

Forest

467,00 €

609.00 €

701.00 €

50,11%

15.11%

+ Anderlecht

466,00 €

567.00 €

663.00 €

42,27%

16.93%

Woluwe-Saint-Pierre

677,00 €

744.00 €

878.00 €

29,69%

18.01%

+ Molenbeek-Saint-Jean

422,00 €

573.00 €

680.00 €

61,14%

18.67%

           

REGION

508,00 €

649.00 €

700.00 €

37,8%

7.86%

Régie foncière

   

669,00 €

   


« + Commune » : commune dont les habitants ont un revenu moyen en dessous de celui de la région bruxelloise.

Les loyers ont augmenté de plus de 30 % dans toutes les communes en 11 ans (hormis Ixelles : 26,5% et Woluwe-Saint-Pierre, 29,7%).

Pour la période de la dernière législature (2012-2017), deux tendances s’affichent. D’une part, un tassement voir une légère réduction des loyers dans les communes huppées de Bruxelles (Uccle, Watermael-Boitsfort). D’autre part, une augmentation forte (supérieure à 10%) dans 12 des 19 communes dont quatre communes où l’augmentation est de plus de 15%. Il s’agit surtout des communes où vivent une population davantage populaires comme Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek, Anderlecht, ou Bruxelles-Ville.

Les communes qui voient leur loyer stagner ou diminuer sur la période 2012-2017 (Uccle, Ixelles, Auderghem, Watermael-Boitsfort) avaient connu de fortes augmentations sous la législature précédente.

Tandis que les communes ayant pour habitants des personnes aux revenus plus modestes ont toutes vue leurs loyers augmenter de plus de 10% notamment Anderlecht et Molenbeek-Saint-Jean ou l’on dépasse même les 15% !

Il est à noter que malgré une stagnation du loyer moyen sur la région, la superficie moyenne du logement loué quant à elle a diminué de 6%. Les gens payent donc davantage pour des logements en moyennes plus petits.

Evolution du loyer moyen pour les logements à 1 chambre.

Territoire

2012

2017

Augmentation

%

Woluwe-Saint-Pierre

658.00 €

633.00 €

-25.00 €

-3.80%

Uccle

612.00 €

653.00 €

41.00 €

6.70%

Etterbeek

601.00 €

660.00 €

59.00 €

9.82%

+ Schaerbeek

548.00 €

602.00 €

54.00 €

9.85%

Jette

535.00 €

589.00 €

54.00 €

10.09%

+ Saint-Josse-ten-Noode

496.00 €

551.00 €

55.00 €

11.09%

+ Saint-Gilles

544.00 €

605.00 €

61.00 €

11.21%

Berchem-Sainte-Agathe

564.00 €

632.00 €

68.00 €

12.06%

+ Bruxelles

536.00 €

601.00 €

65.00 €

12.13%

+ Koekelberg

554.00 €

628.00 €

74.00 €

13.36%

Ixelles

596.00 €

676.00 €

80.00 €

13.42%

Forest

527.00 €

601.00 €

74.00 €

14.04%

+ Molenbeek-Saint-Jean

512.00 €

592.00 €

80.00 €

15.63%

Woluwe-Saint-Lambert

618.00 €

720.00 €

102.00 €

16.50%

+ Anderlecht

510.00 €

597.00 €

87.00 €

17.06%

+ Evere

540.00 €

647.00 €

107.00 €

19.81%

Watermael-Boitsfort

564.00 €

684.00 €

120.00 €

21.28%

Ganshoren

568.00 €

697.00 €

129.00 €

22.71%

Auderghem

568.00 €

715.00 €

147.00 €

25.88%

         

REG

554.00 €

624.00 €

70.00 €

12.64%

Régie foncière

 

568.00 €

   

 

Les logements avec une chambre sont souvent ceux privilégiés par les jeunes comme premier habitat. Il est alors intéressant de se pencher plus spécifiquement sur ce type de logement.

On remarque effectivement que ceux-ci voient une augmentation plus importante que celles des loyers globaux. Ce sont quinze communes bruxelloises dont les loyers augmentent de plus de 10% dont pas moins de sept d’entre elles qui grimpent avec plus de 15%. Dans ce top, nous retrouvons Evere, Anderlecht et Molenbeek-Saint-Jean dont la population a un revenu médian, sous celui de la région bruxelloise.La pression des loyers se fait d’autant plus fort sur ces populations précarisées.




 

Evolution du loyer moyen pour les logements à 2 chambres

 

Territoire

2012

2017

Augmentation

%

Auderghem

761,00 €

766,00 €

5,00 €

0,66%

Uccle

799,00 €

811,00 €

12,00 €

1,50%

Ixelles

817,00 €

830,00 €

13,00 €

1,59%

Berchem-Sainte-Agathe

655,00 €

694,00 €

39,00 €

5,95%

+ Koekelberg

684,00 €

728,00 €

44,00 €

6,43%

+ Saint-Josse-ten-Noode

629,00 €

670,00 €

41,00 €

6,52%

Watermael-Boitsfort

689,00 €

744,00 €

55,00 €

7,98%

+ Saint-Gilles

619,00 €

670,00 €

51,00 €

8,24%

Woluwe-Saint-Pierre

804,00 €

877,00 €

73,00 €

9,08%

Etterbeek

733,00 €

802,00 €

69,00 €

9,41%

+ Evere

668,00 €

740,00 €

72,00 €

10,78%

+ Bruxelles

651,00 €

723,00 €

72,00 €

11,06%

Forest

651,00 €

724,00 €

73,00 €

11,21%

Ganshoren

684,00 €

761,00 €

77,00 €

11,26%

+ Schaerbeek

625,00 €

700,00 €

75,00 €

12,00%

+ Anderlecht

620,00 €

697,00 €

77,00 €

12,42%

Jette

618,00 €

710,00 €

92,00 €

14,89%

+ Molenbeek-Saint-Jean

612,00 €

726,00 €

114,00 €

18,63%

Woluwe-Saint-Lambert

760,00 €

917,00 €

157,00 €

20,66%

         
         

REGION

680,00 €

743,00 €

63,00 €

9,26%

Régie foncière

 

721,00 €

   

 

Arrêtons-nous aussi sur les logements ayant deux chambres. Ceux-ci sont intéressants pour de jeunes familles. Ici encore, les communes avec une population plus précaire voient leurs loyers grimper (Bruxelles, Schaerbeek, Anderlecht, Molenbeek-Saint-Jean).

Le plus marquant est que le loyer moyen à la régie foncière de Bruxelles n’est guère plus bas que la moyenne dans le privé. Seulement 3€ de moins, et c’est sans compter les charges… Le logement public qui devrait permettre aux familles moins riches de s’en sortir ne fait qu’appliquer les taux du marché.

 


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Elly Vermeersch
    a commenté 2018-09-30 15:37:48 +0200
    avec ma petite pension je n’arrive plus à la fin du mois : pas de coiffeur, pas de pédicure, pas de soins hospitaliers, de la nourriture vente rapide ou saucisses purée, j’ai envie une fois d’un bon steak mais oublies ! le loyer est plus que la moitié de ma pension ! pourquoi tant de gens vivent bien, avec une grosse pension, ils n’ont pourtant pas travaillé plus ?

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?