CP Bourg Ottignies: Le chômage temporaire ne sert pas à payer le préavis de licenciement.

CP Bourg à Ottignies, entreprise active dans le secteur de l'impression, veut licencier 46 travailleurs et profite de la crise sanitaire pour faire payer le préavis de licenciement par le contribuable. André Van Deuren, responsable brabançon du PTB réagit : « Une entreprise soutenue par la Région wallonne profite du chômage temporaire pour cas de force majeur pour diminuer les indemnités de rupture légales. C'est juste inacceptable. Au parlement wallon nous interpellerons le ministre, et demanderons le gel des licenciements. »

Le PTB réagit par la voix d'André Van Deuren, son responsable pour le Brabant wallon: "C'est un scandale! Pendant cette crise du covid-19, les travailleurs craignent déjà pour leur santé. Et là, en plus, la direction de l'entreprise s'attaque à leurs indemnités de licenciements. Nos députés wallons interpelleront prochainement le gouvernement wallon sur ce sujet. La Région Wallonne, possédant des parts dans l'entreprise, porte une responsabilité dans cette injustice."

Le parti de gauche rappelle qu'en 2018 CP Bourg a reçu de la part de la SOGEPA, le bras financier de la Région Wallonne, une aide de 4 millions d'euros pour la recherche et développement.
"Et en guise de remerciements, en octobre dernier, la direction annonçait un plan de restructuration de l'entreprise, licenciant près de 50 ouvriers et déclenchant la Loi Renault," dénonce le responsable local du parti de gauche.

Au départ, la direction ne souhaitait pas faire prester les préavis. Les travailleurs allaient donc toucher des indemnités de rupture complètes, correspondant à la période complète du préavis.
« Mais constatant que le chômage économique en cas de force majeur ne suspend pas les préavis, la direction a décidé d'en profiter un max, » s'insurge le responsable local du PTB. « Les travailleurs sont mis en chômage économique, et leur préavis commencera à compter à partir du 6 avril. Ainsi,  au moment où la période de chômage économique prendra fin, après quelques semaines ou mois, la direction ne devrait que payer des indemnités de rupture pour le restant du préavis. CP Bourg licencie en fait des gens en passant la facture des préavis aux contribuables. Et en plus, les mois de préavis sous chômage économique ne sont que payés à 70%. Un pure scandale ! »

Cette semaine, le chef de groupe PTB au Parlement wallon compte interpeller le gouvernement/Willy Borsus.  « Nous voulons savoir si les représentants de la Région wallonne au sein de l'entreprise étaient au courant de cette décision. Ont-ils donné leur autorisation? » insiste Gemain Mugemangango. « Pour le PTB, c'est clair: il faut soutenir les travailleurs, surtout pendant cette crise sanitaire, en gelant la procédure de licenciement. Et pas question que le chômage économique serve à payer des préavis des travailleurs licenciés. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?