Des logements sociaux de qualité comme à Vienne, voilà un projet de prestige qui vaut la peine

« Bruxelles doit être la vitrine de la Belgique », disent les libéraux bruxellois. Des logements sociaux ne sont pas compatibles avec leur vision hyper commercialisée de la Ville. Selon le PTB, la Ville devrait s’inspirer de Vienne, la capitale de l’Autriche, qui a fait des ses logements sociaux de qualité un projet de prestige international. Aujourd’hui, les Bruxellois quittent la ville à cause des loyers trop chers. Mathilde El Bakri propose une mesure d’urgence : « Baissons les loyers de la Régie bruxelloise, en appliquant la grille de loyers régionale. »

El_Bakri_Mathilde_xBF7A8602.jpg

Mathilde El Bakri, tête de liste du PTB pour la ville de Bruxelles, réagit : « Le bilan des nombreuses années de gestion par le MR, l’Open VLD et le PS n’est en effet pas positif. Les loyers flambent. Les budgets des familles sont sous pression. Et beaucoup sont même obligés de quitter Bruxelles-Ville. Bruxelles-Ville devient de moins en moins accueillante pour monsieur et madame Tout le monde. »

Selon le PTB, le fait que les pouvoirs publics sont propriétaires d’une habitation sur trois dans le Pentagone offre précisément des solutions.

Mathilde El Bakri : « La Ville augmente maintenant les loyers des logements de la Régie, pour suivre les prix du marché. Selon nous, elle doit faire le contraire et baisser les loyers pour mettre pression sur le marché locatif. »

Le PTB critique la proposition de restreindre l’offre des logements sociaux.

Mathilde El Bakri : «  C’est le contraire qu’il faut faire. Il faut justement plus de logements sociaux pour les rendre accessibles à la majorité de la population, comme à Amsterdam ou à Vienne. Il faut investir plus dans la rénovation et la qualité, au lieu de laisser pourrir les blocs comme font les autorités. » Ainsi, le parti de gauche souhaite changer l’image du logement social.

Selon la députée bruxelloise, ces partis désirent surtout attirer les gros promoteurs privés et une population très aisée. Un bel exemple en est le projet tape-à-l’œil NEO, au Heysel. On y planche sur un nouveau paradis du shopping et de logements de luxe : deux choses dont Bruxelles n’a absolument pas besoin. Alors que 50 000 personnes sont sur une liste d’attente pour un logement social, le bourgmestre Close et l’Open VLD construisent exactement le contraire : un projet de luxe. »

Le PTB propose de fonder une entreprise publique urbaine de construction et de rénovation. Mathilde El Bakri : « De cette façon, nous pourrons donner un emploi stable à des centaines de jeunes. Une telle entreprise publique urbaine est en outre utile pour toutes les réparations et rénovations qui doivent être exécutées dans le parc de logement de la ville. » 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?