La fin des prêts des Médiathèques: un danger pour la démocratie culturelle

Pour rappel, en avril 2019, il a été décidé que les activités du service de prêt des Médiathèques allaient être abandonnées (voir notre précédent article[1]). Ce service, financé par les pouvoirs publics, dispose de centaines de milliers d’œuvres de musique et de cinéma qu’il met à disposition des usagers à un prix très abordable et de manière locale. Il y a 6 médiathèques fixes et 2 discobus en Fédération Wallonie-Bruxelles, regroupés sous le nom de « PointCulture ».

Mais malgré une pétition de plus de 11 000 signataires[2], des réactions du monde culturel[3] et un rassemblement de soutien à Bruxelles[4], la direction de PointCulture n’en démord pas : les activités du service de prêt des Médiathèques vont être arrêtées et les médiathèques transformées en espaces de co-working. Ainsi, au PointCulture de Namur, les collections ont commencé à être soldées depuis le 1er juillet et le PointCulture de Namur devra quitter ses locaux d’ici la première quinzaine du mois de septembre 2019. Des travailleurs de PointCulture vont également être licenciés. Cinq équivalents temps plein (ce qui représente entre 5 et 10 travailleurs) perdront leur emploi d’ici la fin de l’année 2019. Et ce n’est que le début, car d’autres suivront en 2020. Actuellement 120 personnes travaillent dans les différents PointCulture. Comme mentionné dans notre précédent article, la fin des activités du service de prêt des Médiathèques représente un danger pour la démocratie culturelle. Nous apportons donc notre soutien aux demandes qui émanent du personnel et des usagers pour qu’il y ait une réelle concertation entre eux et la direction sur une décision aussi brutale qu’unilatérale (80% du personnel est contre, et le monde culturel et les usagers également). Nous demandons également que les pouvoirs publics concernés prennent en compte les très nombreuses réactions qu’a suscité l’annonce de l’arrêt des prêts des Médiathèques et recadrent la direction de PointCulture qui prend des décisions sans aucune concertation ni représentativité des travailleurs et des usagers.

La fin du service de prêt des Médiathèques signifierait un appauvrissement total de l’accès à la culture. Nous avons donc tout à y gagner qu’un tel service, qui se base sur une collection audiovisuelle unique en Europe, continue à exister.

 

 

[1] https://www.ptb.be/fermeture_des_m_diath_ques_danger_pour_la_culture_d_mocratique

[2] https://www.change.org/p/madame-alda-greoli-ministre-de-la-culture-sauvons-les-collections-de-la-m%C3%A9diath%C3%A8que-de-pointculture

[3] https://plus.lesoir.be/231348/article/2019-06-18/nous-croyons-en-une-mediatheque-dynamique

[4] https://www.facebook.com/events/2258882264187689/


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?