STIB : Oui, il est possible de respecter la distanciation sociale et de répondre aux inquiétudes du personnel

Ce lundi matin, des travailleurs de la STIB ont exprimé leur droit de retrait. Ils réclament la distanciation sociale dans les bus, trams et métros et des conditions de travail plus sûres. Youssef Handichi, député bruxellois du PTB, présente un plan alternatif qui rend possible de maintenir la distanciation sociale et de créer des conditions sanitaires correctes pour le personnel.

“Ce matin, j'ai été appelé par beaucoup de mes anciens collègues qui ont exprimé leurs inquiétudes,” explique Youssef Handichi, député régional du PTB et ancien chauffeur de bus à la

Photo dans un tram de la STIB

STIB. “Depuis le 4 mai, il n'y a plus aucune distanciation sociale, plus aucune limite. Et aujourd'hui, les commerces rouvrent. Nous voyons déjà les images de magasins pris d'assaut. Ces chauffeurs ont raison de s

oulever le risque que la STIB devienne un foyer de virus sans distanciation sociale. Alors que la TEC continue à limiter les places pour faire respecter la distanciation sociale. Et que la RATP à Paris fait de même. Pourquoi à Bruxelles, ce ne serait pas possible ? On doit protéger un maximum la population et les travailleurs.”

Le parti de gauche avance un plan alternatif pour pouvoir augmenter la capacité tout en respectant la distance de sécurité entre les passagers. “Les experts estiment qu’on peut réduire la distance entre les voyageurs sur les transports en commun à 1 mètre si chacun porte un masque,” rappelle Youssef Handichi. “Cela permet déjà de doubler le nombre de voyageurs par rapport à la période du confinement. Par exemple, on peut être à 16 par bus unique ou à 24 dans bus articulé. Entre 31 et 44 voyageurs peuvent rentrer par tram selon le type de tram (respectivement T3000 et T4000). Et une rame de métro pourra accueillir environ 130 voyageurs.”

Selon l’ancien chauffeur de bus devenu député, il est possible d'augmenter encore la capacité, tout en maintenant cette distanciation sociale. “Les horaires actuels ne sont pas encore à 100%. Donc il est possible d'augmenter les fréquences,” souligne Youssef Handichi.

Le parti de gauche demande à la STIB de respecter la revendication des chauffeurs de limiter les services à une durée de 8 heures maximum et de ne pas couper des services en deux. “C’est une forme de respect pour le rythme du travailleur,” explique Youssef Handichi. “Il faut éviter une surcharge des conducteurs de la STIB qui sont déjà épuisés. Mais c’est aussi une mesure sanitaire. Les chauffeurs ne resteront pas bloqués au dépôt, pendant ces longues coupures, dans des endroits ou la distanciation sociale ne peut pas être respectée. Ainsi nous garantissons la sécurité et le bien-être des usagers et des chauffeurs.” Le député de rajouter : « Les chauffeurs demandent aussi de ne plus remplacer sur ligne les chauffeurs. Après un shift, chaque bus doit retourner au dépôt afin de permettre la désinfection du véhicule. Si la STIB remplace les chauffeurs en ligne, un bus pourrait sortir à 4h le matin et rester sur le réseau jusqu'à minuit sans être nettoyé. »

Enfin le PTB avance la distribution gratuite de masques réutilisables. “En mettant fin aux quotas qui permettaient de maintenir les distances entre les passagers, le gouvernement bruxellois ne respecte pas les consignes des experts. Mais en plus, il fait reposer la responsabilité de se fournir un masque aux voyageurs. Pourquoi la STIB ne distribue pas des masques aux entrées des métros, comme le font l’Espagne et le Luxembourg, au lieu de mettre les voyageurs qui doivent aller travailler dans une situation difficile ?” se demande le député de gauche.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?