Actualités

Baisser les loyers à Bruxelles n'a jamais été aussi urgent

A Bruxelles-Ville, les loyers ont augmenté de 30 % sur la période 2006-2017. Dans d'autres communes populaires, les loyers ont encore plus fortement augmenté : + 48% à Schaerbeek et +61,1 % à Molenbeek entre 2006 et 2017. C'est ce qui ressort de l'étude du PTB sur l'évolution des loyers. « Les partis au pouvoir dans la région nous font des promesses chaque année, mais le résultat de leur politique est sans appel : partout les loyers augmentent. Le PTB est le seul parti à proposer que les loyers baissent via un encadrement contraignant » affirme Mathilde El Bakri, tête de liste PTB*PVDA à la Ville de Bruxelles.

 

Raoul Hedebouw : un soutien de taille à Bruxelles pour Mathilde El Bakri

Ce dimanche 23 septembre, le PTB bruxellois tenait son grand meeting de campagne. Et le parti de gauche authentique avait mis les petits plats dans les grands : Raoul Hedebouw est venu insuffler toute son énergie aux militant∙e∙s de terrain. Au centre des discussions : le défi de faire élire Mathilde El Bakri, l’actuelle députée régionale, au conseil communal de la ville de Bruxelles.

Pour le PTB, « Brieuc de Meeus reste bloqué à l’âge de pierre »

Le PTB s’insurge des propos méprisants de Brieuc de Meeus ce matin à la radio sur la gratuité des transports en commun. Pour le parti de gauche, le patron de la STIB est hors de la réalité et méprisant à la fois pour les usagers, mais aussi pour la planète et la santé de la population. 56 villes en Europe pratiquent déjà la gratuité, Bruxelles doit s'en inspirer. Pour le PTB il s’agit d’une des meilleures solutions pour désengorger Bruxelles.

Face à un tag nazi, le PTB plus déterminé que jamais

Ce matin, en allant à la rencontre des Forestois, la section locale du PTB a eu la désagréable surprise de voir une croix gammée taguée sur l'affiche de la tête de liste Stéphanie Koplowicz. Un symbole qui passe très mal pour la tête de liste : « Toute mon adolescence, j'ai eu à subir ce genre de tags ou de remarques. Je ne pensais pas que cela arriverait encore ».

 

Anderlecht : Le PTB souhaite une commune plus accueillante pour les PMR

Le PTB accuse la commune d’Anderlecht de ne pas accorder assez d’importance aux personnes à mobilité réduite. Preuves à l’appui, le parti de gauche dénonce une série de cas où les PMR n’ont pas la vie facile sur le territoire anderlechtois.

Propreté à Anderlecht : investir dans l’éducation et créer de vrais emplois

Anderlecht est réputée pour être l’une des communes les plus sales de Bruxelles. Le PTB veut s’attaquer aux racines du problème en proposant un plan d’investissement sur trois axes : l’éducation, des emplois stables et l’infrastructure publique. Pour le financer, la commune doit faire le choix d’investir dans l’intérêt de ses habitants, pas des gros investisseurs privés. Soutenez notre plan, signez la pétition.

Des logements sociaux de qualité comme à Vienne, voilà un projet de prestige qui vaut la peine

« Bruxelles doit être la vitrine de la Belgique », disent les libéraux bruxellois. Des logements sociaux ne sont pas compatibles avec leur vision hyper commercialisée de la Ville. Selon le PTB, la Ville devrait s’inspirer de Vienne, la capitale de l’Autriche, qui a fait des ses logements sociaux de qualité un projet de prestige international. Aujourd’hui, les Bruxellois quittent la ville à cause des loyers trop chers. Mathilde El Bakri propose une mesure d’urgence : « Baissons les loyers de la Régie bruxelloise, en appliquant la grille de loyers régionale. »

La cité du Peterbos mérite un plan social ambitieux

Suite aux derniers événements survenus dans le quartier du Peterbos à Anderlecht, le PTB réagit avec un plan ambitieux. Objectif : revaloriser la cité et assurer la sécurité. Interview de Giovanni Bordonaro, tête de liste du PTB à Anderlecht.

Ordonnance sur les ASBL bruxelloises : circulez, y a rien à voir...

Ce mardi était discuté en commission du Parlement bruxellois un projet d'ordonnance visant à établir de nouvelles règles concernant les ASBL communales et les intercommunales en région bruxelloise. L'objectif affiché est d'accroître la transparence et d'éviter à l'avenir que se reproduisent des scandales tels que ceux du Samusocial ou du GIAL. Au lieu d'un débat de fond, il y a plutôt eu une volonté commune des partis traditionnels de réaliser des réformes à la marge. Du PS au MR en passant par la NVA et ecolo : tous s'accordent pour laisser la ville être « cogérée » avec le privé. Rien n'est proposé pour s'attaquer aux racines du système qui engendre ce type de scandales. Seul le PTB s'est opposé fortement à la logique de l'ordonnance. « Le PTB veut mettre fin à la privatisation et à la marchandisation des services communaux. Tous les services déjà privatisés doivent revenir dans un Service communal 2.0. Avec un contrôle citoyen des services publics comme c'est le cas au Québec. » a notamment dit Michaël Verbauwhede, chef de groupe PTB au parlement bruxellois.

Samusocial : le rapport de la commission est insuffisant pour éviter un nouveau scandale

Dans l'état actuel, le rapport de la commission d'enquête ne va pas assez loin pour nous protéger d'un nouveau scandale.

C'est pour cela que le PTB a déposé trois amendements au rapport de la commission : sur le statut privé de ce type d'asbl, sur le contrôle démocratique et sur la représentation des travailleurs dans le CA. En premier lieu, le samusocial doit revenir dans le giron du public. Deuxièmement, un vrai contrôle démocratique et citoyen doit être garanti via le droit de regard et d'interpellation. Enfin, il faut assurer la représentation des travailleurs mais aussi des bénévoles et des usagers au sein du CA pour un contrôle démocratique et participatif dans les décisions.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?