Actualités

Anderlecht : Le PTB souhaite une commune plus accueillante pour les PMR

Le PTB accuse la commune d’Anderlecht de ne pas accorder assez d’importance aux personnes à mobilité réduite. Preuves à l’appui, le parti de gauche dénonce une série de cas où les PMR n’ont pas la vie facile sur le territoire anderlechtois.

Propreté à Anderlecht : investir dans l’éducation et créer de vrais emplois

Anderlecht est réputée pour être l’une des communes les plus sales de Bruxelles. Le PTB veut s’attaquer aux racines du problème en proposant un plan d’investissement sur trois axes : l’éducation, des emplois stables et l’infrastructure publique. Pour le financer, la commune doit faire le choix d’investir dans l’intérêt de ses habitants, pas des gros investisseurs privés. Soutenez notre plan, signez la pétition.

Des logements sociaux de qualité comme à Vienne, voilà un projet de prestige qui vaut la peine

« Bruxelles doit être la vitrine de la Belgique », disent les libéraux bruxellois. Des logements sociaux ne sont pas compatibles avec leur vision hyper commercialisée de la Ville. Selon le PTB, la Ville devrait s’inspirer de Vienne, la capitale de l’Autriche, qui a fait des ses logements sociaux de qualité un projet de prestige international. Aujourd’hui, les Bruxellois quittent la ville à cause des loyers trop chers. Mathilde El Bakri propose une mesure d’urgence : « Baissons les loyers de la Régie bruxelloise, en appliquant la grille de loyers régionale. »

La cité du Peterbos mérite un plan social ambitieux

Suite aux derniers événements survenus dans le quartier du Peterbos à Anderlecht, le PTB réagit avec un plan ambitieux. Objectif : revaloriser la cité et assurer la sécurité. Interview de Giovanni Bordonaro, tête de liste du PTB à Anderlecht.

Ordonnance sur les ASBL bruxelloises : circulez, y a rien à voir...

Ce mardi était discuté en commission du Parlement bruxellois un projet d'ordonnance visant à établir de nouvelles règles concernant les ASBL communales et les intercommunales en région bruxelloise. L'objectif affiché est d'accroître la transparence et d'éviter à l'avenir que se reproduisent des scandales tels que ceux du Samusocial ou du GIAL. Au lieu d'un débat de fond, il y a plutôt eu une volonté commune des partis traditionnels de réaliser des réformes à la marge. Du PS au MR en passant par la NVA et ecolo : tous s'accordent pour laisser la ville être « cogérée » avec le privé. Rien n'est proposé pour s'attaquer aux racines du système qui engendre ce type de scandales. Seul le PTB s'est opposé fortement à la logique de l'ordonnance. « Le PTB veut mettre fin à la privatisation et à la marchandisation des services communaux. Tous les services déjà privatisés doivent revenir dans un Service communal 2.0. Avec un contrôle citoyen des services publics comme c'est le cas au Québec. » a notamment dit Michaël Verbauwhede, chef de groupe PTB au parlement bruxellois.

Samusocial : le rapport de la commission est insuffisant pour éviter un nouveau scandale

Dans l'état actuel, le rapport de la commission d'enquête ne va pas assez loin pour nous protéger d'un nouveau scandale.

C'est pour cela que le PTB a déposé trois amendements au rapport de la commission : sur le statut privé de ce type d'asbl, sur le contrôle démocratique et sur la représentation des travailleurs dans le CA. En premier lieu, le samusocial doit revenir dans le giron du public. Deuxièmement, un vrai contrôle démocratique et citoyen doit être garanti via le droit de regard et d'interpellation. Enfin, il faut assurer la représentation des travailleurs mais aussi des bénévoles et des usagers au sein du CA pour un contrôle démocratique et participatif dans les décisions.

Davantage ou moins de démocratie ?

À l'approche des élections régionales de 2019, Bruxelles s'est enrichi d'une nouvelle initiative citoyenne : « Un Bruxellois, une voix ! » L'enjeu ? Placer à l'agenda le débat sur le droit de vote pour les non-Belges. Aujourd'hui, ceux-ci peuvent déjà voter aux élections communales, mais cette initiative entend étendre ce droit aux élections régionales.

[Forest] Le PTB poursuit la féminisation de ses têtes de liste avec Stéphanie Koplowicz

C’est Stéphanie Koplowicz qui tirera finalement la liste PTB Forest aux élections communales d’octobre prochain. Stéphanie, 40 ans, vit et travaille à Forest et préside la section locale du PTB depuis janvier 2017. « Ce choix est une suite logique au bon travail mené par Stéphanie depuis plus d’un an sur le terrain », explique Simon de Beer, ancien responsable du PTB Forest et qui sera deuxième sur la liste.

Le PTB pour un décumul total, le NVA et l’Open VLD pour le status quo

Le PTB soutient l’appel des groupements citoyens Cumuleo et Transparencia pour plus de transparence et contre la politique des profiteurs. La communautarisation de ce débat, qu’amènent la N-VA et l’Open VLD est, pour le parti de gauche, un faux débat. Cette semaine, le parlement bruxellois vote le décumul pour les parlementaires et les mandataires locaux dans les communes.

 

Le Parlement bruxellois demandera-t-il bientôt le retrait de la loi sur les visites domiciliaires ?

Le PTB a introduit une proposition de résolution au parlement Bruxellois afin que la Région demande le retrait du projet de loi sur les « visites domiciliaires ».

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?