Actualités

Saint-Gilles : Les propositions du PTB pour les 2000 familles en attente d'un logement social

Le PTB est déterminé à faire son entrée au conseil communal de Saint-Gilles pour pousser davantage encore la Commune vers ses propositions phares. Loïc Fraiture, tête de liste : « On doit pouvoir imposer un seuil minimal de 30% de logement social dans les futurs projets immobiliers sur la commune. De plus, il faut rapidement rénover les 100 logements sociaux actuellement vides. Certains sont laissés à l’abandon depuis plusieurs années, les habitants qui attendent sont révoltés. Nous voulons aussi que la Commune applique la grille d’encadrement des loyers pour les logements de sa Régie Foncière.»

Appel à voter PTB : « Un vent nouveau et de gauche pour Forest »

23 personnalités de la vie politique, culturelle, syndicale et associative forestoise appellent à voter PTB à Forest.

Tous nos candidats PTB en Région bruxelloise

Neo : le plan alternatif du PTB

La Ville de Bruxelles cède 18 hectares du plateau du Heysel en bail emphytéotique aux mastodontes de l'immobiliser Besix, CFE et Unibail-Rodamco. Ensemble, ils veulent construire l'un des plus grands centres commerciaux d'Europe, 500 habitations de haut standing, un centre de congrès, un hôtel de luxe, une maison de repos et deux crèches. Le PTB Bruxelles débarque toutefois avec un plan alternatif. Moins de magasins et de bureaux, plus de logements, des écoles et des équipements publics dans le quartier.

Baisser les loyers à Bruxelles n'a jamais été aussi urgent

A Bruxelles-Ville, les loyers ont augmenté de 30 % sur la période 2006-2017. Dans d'autres communes populaires, les loyers ont encore plus fortement augmenté : + 48% à Schaerbeek et +61,1 % à Molenbeek entre 2006 et 2017. C'est ce qui ressort de l'étude du PTB sur l'évolution des loyers. « Les partis au pouvoir dans la région nous font des promesses chaque année, mais le résultat de leur politique est sans appel : partout les loyers augmentent. Le PTB est le seul parti à proposer que les loyers baissent via un encadrement contraignant » affirme Mathilde El Bakri, tête de liste PTB*PVDA à la Ville de Bruxelles.

 

Raoul Hedebouw : un soutien de taille à Bruxelles pour Mathilde El Bakri

Ce dimanche 23 septembre, le PTB bruxellois tenait son grand meeting de campagne. Et le parti de gauche authentique avait mis les petits plats dans les grands : Raoul Hedebouw est venu insuffler toute son énergie aux militant∙e∙s de terrain. Au centre des discussions : le défi de faire élire Mathilde El Bakri, l’actuelle députée régionale, au conseil communal de la ville de Bruxelles.

Pour le PTB, « Brieuc de Meeus reste bloqué à l’âge de pierre »

Le PTB s’insurge des propos méprisants de Brieuc de Meeus ce matin à la radio sur la gratuité des transports en commun. Pour le parti de gauche, le patron de la STIB est hors de la réalité et méprisant à la fois pour les usagers, mais aussi pour la planète et la santé de la population. 56 villes en Europe pratiquent déjà la gratuité, Bruxelles doit s'en inspirer. Pour le PTB il s’agit d’une des meilleures solutions pour désengorger Bruxelles.

Face à un tag nazi, le PTB plus déterminé que jamais

Ce matin, en allant à la rencontre des Forestois, la section locale du PTB a eu la désagréable surprise de voir une croix gammée taguée sur l'affiche de la tête de liste Stéphanie Koplowicz. Un symbole qui passe très mal pour la tête de liste : « Toute mon adolescence, j'ai eu à subir ce genre de tags ou de remarques. Je ne pensais pas que cela arriverait encore ».

 

Anderlecht : Le PTB souhaite une commune plus accueillante pour les PMR

Le PTB accuse la commune d’Anderlecht de ne pas accorder assez d’importance aux personnes à mobilité réduite. Preuves à l’appui, le parti de gauche dénonce une série de cas où les PMR n’ont pas la vie facile sur le territoire anderlechtois.

Propreté à Anderlecht : investir dans l’éducation et créer de vrais emplois

Anderlecht est réputée pour être l’une des communes les plus sales de Bruxelles. Le PTB veut s’attaquer aux racines du problème en proposant un plan d’investissement sur trois axes : l’éducation, des emplois stables et l’infrastructure publique. Pour le financer, la commune doit faire le choix d’investir dans l’intérêt de ses habitants, pas des gros investisseurs privés. Soutenez notre plan, signez la pétition.

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?